Suivez-nous : Santé habitat Perturbateurs endocrinien Habitat insalubre

Environnement et Santé

 

Le lien entre environnement et santé

Nous évoluons tous dans un « environnement », représenté par notre lieu de vie, notre travail, le lieu de garde pour les plus petits, mais aussi notre mode de vie, notre alimentation, nos habitudes. Cet environnement impacte notre santé, positivement, en nous apportant bien-être et protection, ou au contraire, négativement, lorsqu’il est pollué ou stressant. Il agit sur nos gènes, en activant ou désactivant certaines fonctions : c’est ce qu’on appelle l’épigénétique.

C’est face à l’émergence grandissante de pathologies et troubles divers, jusqu’alors beaucoup plus rares, que l’on a commencé à soupçonner notre environnement. Pubertés précoces, problèmes de stérilité, allergies, diabètes inhabituels, cancers hormonaux, ou encore, troubles comportementaux, semblent avoir pour cause notre exposition aux polluants environnementaux. Les liens sont parfois difficiles à prouver, car les sources de pollution sont nombreuses, leurs effets synergétiques, dits « effet cocktail », et leurs conséquences à long terme sont complexes à étudier.

Cela signifie aussi, qu’un environnement sain a donc une action bénéfique sur l’individu.Surveiller la qualité de l’air que l’on respire, de notre alimentation, limiter notre exposition aux perturbateurs endocriniens, aux substances dangereuses ou aux ondes électromagnétiques, aura toujours un effet positif.

 

 

La période des 1000 jours : grossesse et petite enfance

Les périodes de la grossesse et de la petite enfance peuvent être décisives pour le développement d’un bébé, mais aussi pour sa santé future, en tant qu’adulte. En effet, ces 1000 premiers jours d’existence, que sont les 9 mois de gestation et les deux premières années de vie d’un enfant, présentent une fenêtre de vulnérabilité face à l’environnement extérieur. Les organes se développent à une très grande vitesse, des millions de connexions neuronales s’opèrent chaque minute. A cette période, le fœtus, puis le bébé, sont donc très sensibles à tout ce qui les entoure.

Nous connaissons aujourd’hui l’importance de l’environnement parental, de la femme enceinte, puis du jeune enfant, pour sa santé, mais aussi celle de sa descendance. Les parents ne transmettent pas seulement leurs gènes à leur bébé, mais aussi l’épigénétique, c’est-à-dire « l’enrobage » qui vient activer ou désactiver certaines fonctions génétiques. Cet enrobage est totalement dépendant de notre environnement, et de celui de notre famille, qui nous en a transmis une partie. Prendre soin de sa propre santé, avant même d’être parent, c’est déjà prendre soin de son enfant à venir !

Enfin, la période de la grossesse mérite une attention particulière. Les « mauvaises » rencontres avec une substance toxique au « mauvais » moment du développement fœtal peuvent avoir des conséquences dramatiques pour le bébé. Si la prévention est efficace aujourd’hui, concernant le tabac, l’alcool, et certains virus, elle devrait l’être tout autant sur les perturbateurs endocriniens et les substances cancérigènes. Toutefois, qui dit vulnérabilité du fœtus, dit aussi opportunité : veiller à vivre sa grossesse dans un environnement sain, aura des conséquences positives pour son enfant.